Nintendo

Nintendo : un livre revient sur la vision de son patron emblématique Satoru Iwata

Traduit en français ce printemps, un livre-hommage revient sur la philosophie de celui qui voulait « rendre les gens heureux ».


Satoru Iwata, successivement président de HAL Laboratory (Kirby’s Adventure, Earthbound, Pokémon Stadium) et de Nintendo, est une personnalité qui a beaucoup marqué l’industrie japonaise du jeu vidéo. Disparu en 2015, à l’âge de 55 ans, après avoir passé quinze ans à la tête de la firme emblématique de Kyoto, il a été à la fois un programmeur talentueux et un chef d’entreprise audacieux qui présida notamment au lancement de la Wii et de la Nintendo DS.

Personnage charismatique, il était connu pour sa bienveillance et son approche altruiste, mais aussi pour ses amitiés, notamment avec Shigeru Miyamoto, le game-designer star de Nintendo (Zelda et Mario, entre autres) et Shigesato Itoi, créateur de la série Mother, et du site internet Hobo Nikkan Itoi Shinbun (Hobonichi en version abrégée), une véritable institution au Japon. C’est d’ailleurs sous l’égide de ce dernier qu’a été publié ce livre-hommage, puisque c’est la rédaction d’Hobonichi qui en a assuré l’édition et la mise en page.

Satoru Iwata
Hobonichi, Ainsi parlait Iwata-San, Mana Books, 2021, 17 euros.

Ainsi parlait Iwata-San rassemble des interviews de Satoru Iwata, jusqu’à présent dispersées sur Internet et rarement disponibles en version traduite. Elles ne sont pas retranscrites ici dans leur contexte original : différents fragments ont été réassemblés pour composer des chapitres thématiques. Ces derniers alternent avec des « fragments de paroles » qui sont des sortes de collections de maximes.

Si ce procédé éditorial rend la lecture fluide et agréable, il reste évidemment discutable d’un point de vue historique. Mais peu importe, puisque le but assumé de l’ouvrage est de produire un récit hagiographique, et de faire découvrir ou redécouvrir la philosophie d’Iwata. « Philosophie » s’entendant ici au sens large, puisqu’il s’agit à la fois de réflexions sur le management, sur le game design, mais aussi d’anecdotes plus personnelles. Sans surprise, ce dernier aspect demeure sans doute le plus intéressant.

Une formule revient constamment dans Ainsi parlait Iwata-San : tout ce qu’Iwata a entrepris, il l’aurait fait pour « rendre les gens heureux ». Une maxime qui est censée s’appliquer à la fois aux joueurs et aux employés de Nintendo. Sur ce dernier point, l’ouvrage paraît un peu daté, car malgré la bonhomie sincère d’Iwata et ses conseils de bon sens (être à l’écoute de ses employés), il reproduit une vision paternaliste et idéalisée du monde du travail.

Certains passages paraissent ainsi tirés d’un manuel de management et sonnent un peu creux. Heureusement, le reste est bien plus intéressant, et notamment le dialogue qui s’instaure avec Shigeru Miyamoto et Shigesato Itoi. Ils signent chacun un chapitre en fin d’ouvrage pour évoquer leur relation avec le maître. Quant au chapitre consacré à Earthbound, qu’Iwata avait entièrement reprogrammé pour venir en aide à Itoi, même s’il n’apporte rien de nouveau, il justifiera à lui seul l’achat pour les fanatiques de Mother. 

En résumé, Ainsi parlait Iwata-San est un feel-good book, bien conçu, bien traduit, et qui se lit très facilement. Le choix de ne pas inclure d’images, qui peut décevoir au premier abord, se révèle en réalité gagnant : il apporte une sobriété bienvenue. Le lecteur ou la lectrice qui s’intéresse à Nintendo, ou au jeu vidéo japonais en général, y trouvera donc largement son compte, même si l’ensemble reste parfois un peu policé et orienté par une volonté de storytelling

Angelo Careri

(Image de couverture : Satoru Iwata lors d’un Nintendo Direct, avril 2013. Source : Youtube)

>>> Lire aussi : Compte-rendu du livre Racisme et jeu vidéo de Mehdi Derfoufi