Immersion n°5 — L’argent

Ce numéro se penche sur le rapport parfois décomplexé, souvent complexe, que le secteur du jeu vidéo entretient avec le monde de l’argent.

160 Pages
225x300mm
18 euros

Quand le jeu vidéo fait les gros titres de la presse, c’est souvent pour citer des chiffres de ventes mirobolants. Depuis les années 1970 et le succès insolent des premières bornes d’arcades, l’argent a toujours fait l’objet d’un rapport particulièrement décomplexé dans le secteur du jeu vidéo. Aujourd’hui encore, la presse spécialisée consacre une partie importante de ses pages à analyser des chiffres de ventes et des rapports trimestriels. De leur côté, des travailleurs et des travailleuses du jeu vidéo commencent à remettre en cause certaines pratiques de cette industrie très hiérarchisée. 

Si les modèles économiques des jeux évoluent en permanence, ils influent aussi beaucoup sur les choix des game designers. Il semble loin le temps où les iconiques pièces à collecter dans Super Mario Bros faisaient écho aux deniers bien réels qu’il fallait glisser dans les machines. Depuis déjà plusieurs décennies, les jeux de rôles simulent des systèmes économiques complexe. Et ces derniers temps, les éditeurs introduisent dans leur jeux de plus en plus de nouvelles mécaniques (lootboxes, free-to-play, jeux services) aussi lucratives que contestées. En parallèle se développe aussi une scène indépendante qui expérimente des formes alternatives, qui distribue des jeux gratuitement, et qui n’hésite pas à s’aventurer dans la critique du libéralisme économique.

Ce cinquième numéro d’Immersion s’interroge sur la relation complexe entre systèmes économiques et systèmes de jeux. Il explore aussi, à travers plusieurs articles, les fantasmes de richesse et de prodigalité qui traversent les jeux vidéo. 

Au sommaire de ce numéro :

Retour sur quinze ans d’histoire du Stunfest, par Angelo Careri.

Le charme discret de la bourgeoisie, par Wilfried Thierry.

L’inflation à l’heure des MMORPGs, par Ulysse Mathieu.

Ma première console, par Hélène Birlouez.

Goldlog. Investigations sur la transmutation de l’or, par Gabriele Rendina.

Interview avec Mathieu Cocq, économiste et auteur d’une thèse sur le capital communautaire dans les jeux vidéo, par Mohamed Megdoul.

Pipouille & Fratch. Dialogue entre deux cadres de l’industrie, par Fabien Siouffi.  

Interview avec Alexandre Muttoni (Opreem), directeur artistique du studio Le Cartel, par Angelo Careri.

Death Stranding. Des liens plutôt que des biens, par Mohamed Megdoul.

Final Fantasy VII. L’argent et le monde, par Pierre-Louis Patoine.

Pikunikku. Bonbon vidéoludique anticapitaliste, par Rosane Lebreton.

Interview avec Gareth D. Martin, créateur d’In Other Waters, par Charles et Paul Saïsset.

Star Citizen. Le prix des étoiles, par Grégoire Delzongle.  

Interview avec Joséfà Ntjam, artiste, par Angelo Careri.

Triple pack, poème, par Hugo Fontaine. 

Contributions graphiques : Charles Bedel & Oscar Fraisse, Hugo Blanzat, Quentin Brachet, Kilian Loddo, Camille Petit, Paloma Pineda, Cécilia Poupon, Eli Serres, Nathan Siriex.

 

Camille Petit, Ring Out.

Immersion embrasse la culture du jeu vidéo avec une approche pluridisciplinaire, profitant de l’espace encore vierge entre presse culturelle sérieuse et revues de jeux vidéo mainstream. Sera-t-elle les « Cahiers du cinéma » du jeu vidéo?

Les Inrockuptibles.

En une centaine de pages élégantes, Immersion prend le temps de scruter cette industrie à la fois populaire, artistique et inspirante.

France Info.